Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘veille internationale’

copyright:www.manager-go.com

Les News de l’Export vient d’être référencé par le site Manager GO ! dans la rubrique Commerce International.

Manager GO ! est un outil de veille et de recherche qualitatif et gratuit pour les dirigeants de PME/PMI.

Son équipe recherche et surveille pour les managers, les sources d’informations utiles pour :

  • assurer leur développement International,
  • élargir leur connaissances export.

Parmi les différents thèmes à consulter, vous trouverez dans l’onglet commerce international : stratégie internationale, vente internationale, management interculturel, logistique, marketing international…
Si vous ne trouvez pas de réponse à vos problématiques, vous pouvez poser directement votre question sur l’espace questions-réponses dédié au management international.

Comment organisez-vous votre veille pour assurer votre développement export ?

Publicités

Read Full Post »

La dirigeante d’une PME exportatrice de produits cosmétiques a décidé d’attaquer le marché chinois : un distributeur de renom proposait d’ introduire la marque en Chine. Tout semblait  en place pour le développement international de cette PME.

Mais cette dirigeante prise dans le tourbillon des affaires courantes n’a pas pris le temps de déposer sa marque en Chine. Lorsqu’elle a voulu exploiter sa propre marque sur ce marché export, une entreprise chinoise l’avait déjà enregistrée depuis deux ans. L’entreprise chinoise acceptait de revendre « sa » marque à notre PME française pour…  1 million d’euros.

La même mésaventure est arrivée récemment à une marque exportatrice de linge de maison.

Dans les grands groupes, un salarié au minimum est en charge de l’enregistrement des marques, du dépôt des brevets et de la veille. Aussi, avant de  se lancer à l’International, les PME doivent s’adjoindre les services d’un avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle. C’est un investissement  qui reste moindre en comparaison du budget, du temps et des tracasseries à gérer lorsque la marque n’a pas été déposée et protégée en amont.

Finalement, la dirigeante de la PME de produits cosmétiques a été contrainte de renoncer au marché chinois, faute de budget.

Quant à la marque de linge de maison, elle a aussi identifié un distributeur de qualité pour se lancer sur le marché chinois. Mais avant, elle doit attendre d’avoir clarifié la situation juridique avec « le propriétaire de la marque » en Chine. Ce processus peut s’avérer long, coûteux et le résultat incertain.

Comme tout ce qui concerne le Développement International des PME, en matière de protection de marques mieux vaut prévenir que guérir : il ne faut pas attendre d’être confronté à un problème pour contacter un avocat mais anticiper.

Pour plus d’informations et d’explications, je vous invite à lire l’article suivant.

Comment protégez-vous vos marques à l’export ?

Read Full Post »